Histoire

Saint-Malo-de-Guersac, dont l'histoire est liée à la position d'île au cœur du marais briéron, a été érigée en commune en 1925

L'origine du nom de la ville

La ville de Saint-Malo-de-Guersac est installée sur deux îles : Guersac (qui viendrait du breton gwer, signifiant «vert», et sac'h, signifiant «stagnant») et Errand.

L'origine du nom de la ville proviendrait du passage de Saint Malo sur l'île de Guersac : Malo, évêque d'Aleth, sur l'estuaire de la Rance, revenait de Saintes où il avait fuit les persécutions ; la légende rapporte que, lors de sa traversée de l'île de Guersac, son cheval trébucha sur un rocher, dénommé depuis le Pas de Saint Malo, qui a conservé la trace de son sabot.

La fondation du village

Durant la préhistoire l'homme est venu s'installer dans le marais. Des objets remontant à l'époque moustérienne, entre 7000 et 3500 ans avant J.C., et des pierres druidiques ( Menhir de la Pierre Blanche) ont été retrouvés à Saint-Malo-de-Guersac.

Les Romains, puis les émigrants bretons vers la fin du Vème siècle, contribuent à la fondation du village.

Au Moyen-âge

Saint-Malo-de-Guersac dépend de la Vicomté de Donges.

Les Lettres patentes

Les habitants de Saint-Malo-de-Guersac, les Malouines et les Malouins, ont, comme tous les habitants des 21 communes limitrophes du marais de Grande Brière Mottière, la particularité d'en être propriétaires : les Lettres patentes de François II, duc de Bretagne, officialisent en 1461 les droits d'usage basés sur la propriété collective et indivise du marais.

A la Révolution

L'autonomie du village n'est pas reconnue ; Saint-Malo-de-Guersac fait partie de la commune de Montoir-de-Bretagne ainsi que Saint-Joachim et Trignac.

Saint-Malo-de-Guersac devient paroisse

La paroisse de Saint-Malo-de-Guersac a été fondée en 1845.

Saint-Malo-de-Guersac devient commune

Les îles de Guersac et d'Errand sont détachées de Montoir le 14 novembre 1925 : Saint-Malo-de-Guersac devient commune.

L'urbanisation

Traditionnellement, dans la Brière des îles, les habitations sont installées sur le pourtour de l'île. En 1848, le bourg au centre de l'île de Guersac n'est constitué que de quelques maisons autour de la vieille chapelle promue église. Petit à petit, l'habitat s'y étoffe, des commerces s'installent. La municipalité décide la construction d'une église pour répondre aux besoins du culte ; elle sera terminée en 1889.

Des terrains sont dégagés au centre de l'île de Guersac, peu avant 1914, pour accueillir des logements ouvriers dépendant des Forges de Trignac ; mais la guerre va retarder le projet, puis les Forges vont fermer.

Entre les années 1960 et 1970, la commune décide de réhabiliter les terrains initialement destinés aux logements des Forges ; plus d'un millier de nouveaux habitants viendront s'installer dans les lotissements qui vont y être implantés.

Durant la seconde guerre mondiale

Saint-Malo-de-Guersac devient le siège d'un important dispositif de défense de l'armée allemande : la marine allemande installe une batterie anti-aérienne au lieu-dit La Mertou ; des blockhaus sont édifiés en divers lieux de l'île.

Un port important

La position de Saint-Malo-de-Guersac, à la jonction du Brivet et du marais, en a fait un port important pour les transports : la tourbe et le «noir» étaient acheminés jusqu'à Nantes ou Vannes à bord des « chaloupes » chargées à Rozé. Des chantiers de construction navale s'y sont développés jusqu'à la moitié du XIXème siècle. Nombre d'habitants de Guersac étaient marins ou capitaines au long cours.

« Le petit Mont Saint-Michel de la Brière »

La position de Saint-Malo-de-Guersac sur la plus grande et la plus haute des îles de Brière (Guersac), ainsi que les dimensions de son église qui culmine à 37 m au-dessus des marais,l'ont fait surnommer « Le petit Mont Saint-Michel de la Brière ».

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes